Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Carnet de bord de Gérard

Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans

1 Septembre 2019 , Rédigé par Gerard BETTON Publié dans #Course à pied

Dimanche 01 septembre 2019

Course à pied : 42,2 km, 330m D+, en 5h19'46

Je n'ai pas couru de marathon depuis 2015. Je cours régulièrement, mais je ne m'entraine pas pour cette distance. A priori, je ne devrais pas m'engager pour courir 42,2 km.

Mais ce dimanche 1er septembre, j'ai 73 ans. Le marathon de l'Ardèche, vallée de l'Eyrieux , c'est le même jour.

Il fait très chaud cette semaine, en tout cas plus de 30° ce qui exclue de le courir. Mais une météo plus clémente est annoncé pour ce dimanche. Le jeudi, c'est décidé. Je m'inscrit. je vais le faire à l'office de Tourisme de La Voulte, à vélo, empreinte carbone oblige. Une personne de l'OT me demande mon âge. Lui ayant dit que j'aurai 73 ans le jour du marathon, elle me répond qu'elle y pensera à l'arrivée au Cheylard.

Dimanche 1er septembre, je retrouve mes ami(s) : Corine et Marie-Hélène, ainsi que William et Raphaël (les fils de Corine). Les filles comme les garçons vont courir en duo, le passage du relais est à St Sauveur de Montagut ; Il y a aussi Véronique qui courra en duo avec une copine à elle. Frédéric Octave et Julie Majal sont là aussi pour faire un gros chrono en duo. Après avoir déposé mon sac dans la navette qui le montera au Cheylard, et fait un petit échauffement avec Corine, nous voila tous sur la ligne de départ : 129 coureurs en solo, 46 équipes en duo, et 40 équipes en relais à 4. Soit 281 concurrents.

8h30 : c'est parti. Après 500m à peine nous prenons la Dolce Via. C'est l’ancienne voie ferrée de la vallée de l’Eyrieux, transformée en voie verte.Cette voie est empreinte de souvenirs, car, enfant, j’e l'ai emprunté en train, avec mes parents, pour aller voir un oncle qui était chef de gare à Saint Martin de Valamas, village plus haut que Le Cheylard.C’est d’ailleurs lui qui a fait partir le dernier autorail en 1968 à la fermeture de la ligne. Le parcours est difficile. On « monte » au Cheylard. Il y a 330 m de dénivelé.Il n'y a que peu de passages plats (aux différentes gares)
Cette voie est empreinte de souvenirs, car, enfant, je l'ai emprunté en train, avec mes parents, pour aller voir un oncle qui était chef de gare à Saint Martin de Valamas, village plus haut que Le Cheylard.C’est d’ailleurs lui qui a fait partir le dernier autorail en 1968 à la fermeture de la ligne.

Revenons au marathon.

Premier pointage est à Saint Fortunat (km 12). J'y arrive en 1h10'41 soit une moyenne de 10,14 km/h. Peut-être un peu trop vite, mais tant pis.

Deuxième pointage à Saint Sauveur de Montagut (km 23). J'ai couru 2h38'10, soit à 8,73 km/h. Véronique démarre juste après mon passage. Elle court le 2ème semi de son duo. Très vite je la vois s'éloigner. Les jambes sentent déjà la fatigue, mais ça va.

Troisième pointage à Pont de Chervil,gare de Chalencon (km 32). J'y passe après 3h45 de course, soit à 8,55 km/h. Je vais coincer à partir de là. 32 km, c'est le fameux mur du marathonien.

Les 10,2 kilomètres restant sont un peu galère. Je dois marcher assez souvent, en marche rapide, pour ne pas trop perdre de temps. La pente est un peu plus rude (0,9 %). Je mets 1h34'25 pour les parcourir, soit 6,5 km/h seulement. Je cours (marche) avec un concurrent qui en est au même point que moi. Suis-je parti trop vite ? Je ne sais pas. Mais je languis l'arrivée.

Elle se profile. Je suis accueilli avec chaleur. Le public présent me chante un "Happy Birthday", à l'initiative du commentateur qui m'interviewe. Je vois la dame qui m'avait demandé mon âge à la remise du dossard, et je comprend? C'est elle qui a préparé le coup. D'ailleurs elle me prends en photo pour le journal local. je me sens la vedette de ce marathon. 

Il est 13h50'49. J'ai mis 5h19'46

 - Scratch : 108ème sur 114 arrivants

 - V4H : 3ème sur 3

C'était mon 40ème marathon (répertoriés ici).

Cette course est superbe. Les paysages sont magnifiques. La météo était idéale. pas trop chaud, avec ,durant un moment, une petite pluie rafraichissante Les bénévoles sont au petits soins.Les ravitaillements étaient nombreux. Alors même que j'étais parmi les derniers, j'ai toujours eu à boire et à manger. Et le public était très chaleureux.

Il ne restait plus qu'à prendre un car/navette qui nous a ramené à La Voulte 

Avec l'accueil que j'ai eu, la journée est inoubliable.

Ma course sur Strava : https://www.strava.com/activities/2670853009

Les résultats sont ICI

Photo et texte, ci-dessous, extrait du "Haut-Vivarais", journal local.

Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Corine et marie-Helène, Raphael et William

Corine et marie-Helène, Raphael et William

Prêt pour le départ.

Prêt pour le départ.

Il ne reste plus que ... 42 km à parcourir.

Il ne reste plus que ... 42 km à parcourir.

Il ne me reste que 500m.

Il ne me reste que 500m.

Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans

Quelques photos de la Dolce Via et du site d'arrivée.

Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Photo de Véronique

Photo de Véronique

Photo de Véronique

Photo de Véronique

Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Il y avait deux tunnels sur le parcours.

Il y avait deux tunnels sur le parcours.

Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans
On remballe.

On remballe.

Marathon de l'Ardèche, le jour de mes 73 ans

Retour en arrière, à la remise des dossards le samedi à l'Office de Tourisme de La Voulte. Le sourire ne pouvait que donner envie de courir.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article