Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Carnet de bord de Gérard

Longue sortie par la Croix du Besot, et histoire d'eau.

18 Mai 2010 , Rédigé par Gerard BETTON Publié dans #Course à pied


Il fait beau, il fait chaud, lorsque je pars courir, vers 14h
J'ai prévu de faire une sortie de 12 km environ, sur les chemins qui mènent vers Cobonne.
Je pars donc, sans eau (ni sac) comme à mon habitude pour une telle distance

Je démarre ma sortie à St Antoine, à la sortie Est de Crest.
Une petite route puis un large chemin monte régulièrement jusqu'à Tramelas.
Je continue jusqu'à atteindre la mairie de Cobonne, au pied du village médiéval.

C'est là que me vient l'idée de prendre un chemin que je n'ai jamais pris.
Ce chemin m'amène, après une belle montée, ...dans un champ en herbe.
Je ne veux pas redescendre, longe longuement le champ à la lisière d'un bois,
puis, je dois me résigner à le traverser (km7) pour rejoindre un chemin que je vois, loin, en face.
Sans déranger les moutons qui paissent tranquillement.
Ce nouveau chemin, que je ne connais pas non plus, devrait me monter vers la Croix du Besot.
Devrait, est le mot, car il se termine aussi dans un clairière.
Je n'ai, bien sûr, pas de carte.De toute façon, il n'y a pas de danger que je me perdre.
Les sommets permettent de m'orienter.

En regardant bien, j'aperçois un minuscule sentier qui part dans les bois.
Je le prends, et vois, bien vite, qu'il est utilisé.
Il court à flanc de colline, tombe sur le sentier qui va de Tramelas à la Croix du Besot.
Là, je connais.Je monte jusqu'au col de la Croix du Besot (603m).
J'ai fait 10km, du dénivelé, mais perdu beaucoup de temps à chercher mon chemin.
Il fait chaud.La soif commence à se faire sentir.
Je sais qu'il n'y a aucun point d'eau sur ces sentiers où je ne rencontre personne.
Je suis loin de l'arrivée. Je connais bien les sentiers qui suivent.
Ils ne sont pas plats non plus. Le trajet va être long. Et la soif non assouvie.

Histoire d'eau.

Après avoir traversé le petit ruisseau de Chanterenard, je traverse la ferme du même nom.
- Miracle : un tuyau coule. Je commence à épancher ma soif.
- Damnation : un homme, d'une quarantaine d'année, sort et me dit qu'elle n'est pas potable.
Et puis, sans que je ne lui demande rien, il me dit :
"Voulez vous une bouteille d'eau minérale". J'hésite, presque étonné de cette proposition.
Il insiste : "c'est bien volontiers ". J'accepte, en lui disant que je n'ai évidemment rien en échange.
Il me réponds : "Je n'en voudrais pas, votre présence, ici, me suffit".
Il m'a donné une bouteille d'eau d'Evian de 1,5 litre.
Je bois tout en discutant un moment avec lui.
Puis je repars, un peu embarrassé par cette grosse bouteille, sur les 2 km qui me restent.

Cette anecdote est le reflet de la mentalité de la plupart des gens de cette région,
souvent à l'écoute des autres et à aider si le besoin s'en fait sentir.

Finalement, ,je rejoins mon point de départ, 2h58 après être parti,en ayant parcouru 19,5 km.
Une toute petite moyenne de 6,5 km, mais le but n'était pas la vitesse
mais le plaisir dans des paysages somptueux (je n'avais pas pris mon numérique, dommage).
Et puis, les sentiers n'était pas faciles, et je me suis un peu perdu.

Durant cette longue course, je n'ai rencontré que 3 personnes :
deux vététistes, et ...mon sauveur. Autant dire que les chemins, par ici, sont déserts
Le plaisir n'en est que plus grand de courir seul dans la nature, et à son écoute.

Le parcours (Tracé GPS) :

Crest (St Antoine), Tramelas, Cobonne (le bas), Serre-Gontard, Croix du Besot (603m),
Les Peyrouses, Serre Berend, Chanterenard, Crest (St Antoine)

Une longue et belle sortie de 19,5 km avec 640m D+.


La carte n'est pas orienté Nord-Sud, pour le besoins de l'image.
Mon circuit remonte vers le Nord (Cliquer pour agrandir)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article